Délégationde Savoie

Des jeunes de Savoie à Taizé pour un week-end d’amitié islamo-chrétienne

Le vendredi 5 mai, nous, huit jeunes de Young Caritas [1]– Ahmed, Azizi, Bader, Brinche, Lucie, Lucile, Mohamed et Virginie – avons pris la route pour rejoindre Taizé. Jeunes afghans, congolais, français, soudanais, chrétiens, musulmans, nous avons fait le choix de vivre cette rencontre, de nous ouvrir les uns aux autres. L’occasion d’un week-end d’amitié islamo-chrétienne pour commencer à préparer les rencontres de Saint-Malo, qui se dérouleront à la fin du mois d’août 2017 sur le thème de l’interculturalité et de l’interreligieux : « Better Together ». L’occasion également de vivre ensemble une aventure humaine et de partage.

Les Young Caritas à Taizé.

publié en mai 2017

Tout a commencé sur le parking de la Cassine, à Chambéry. « Bonjour, je m’appelle Ahmed. » On monte dans un petit van, un paquet de chips tourne déjà, un peu de musique et c’est parti ! 200 km plus tard, très impatients, nous arrivons enfin à Taizé, en chanson : « nous sommes arrivés, nous sommes aaaaarrivés… » Quand on connaît Taizé, on aime ce lieu pour faire le plein d’espérance, de sourires et de prières. Et qu’il est bon de partager cet îlot de paix et d’espoir avec ceux qui vivent les tourments de notre époque. Très vite, nous prenons le rythme : temps de prière, repas, temps libre, conférence, temps d’échange, prière, repas, etc. Lucie présente le programme du jour, le distribue à chacun, l’explique, le modifie en fonction. Ce planning bien que chargé nous permet de tisser des liens entre nous et de se rapprocher de Dieu. C’est comme si nous nourrissions notre foi en la partageant, pour finalement se rendre compte que, comme dit Brinche, « nous sommes tous frères ! »

Lors des temps de réflexion animés par Lucie, nos échanges portent notamment sur nos religions respectives. Quelle est la différence entre le Coran et la sunna ? Vraiment le Christ est resté quarante jours dans le désert sans boire et sans manger ? Avec un français très prometteur, Bader nous explique comment se déroule la fête de l’Aïd El Kébir et la joie qu’elle représente pour lui. Et puis on se pose des colles : Soudan signifie noir en langue arabe, mais que veut dire France ?

Ensemble, on assiste à des conférences traduites en arabe et en anglais, animées par Frère Maxime ou encore Khaled Roumo. L’une de ces conférences porte sur le goût de Dieu chez Marie et est présentée par deux femmes : Mireille Akouala (théologienne, pasteure et chef d’une chorale de gospel) et Fouzia Oukazi (professeure d’histoire et membre de la confrérie Alawiyya). Elles nous rappellent au passage que le mot Dieu existe dans toutes les langues, et nous démontrent que Marie est bien le trait d’union entre l’islam et le christianisme. Pas de doute, nous sommes bien dans ce lieu d’ouverture qu’est Taizé.

Les temps de prière se déroulent comme d’habitude dans l’église de la Réconciliation pour les chrétiens et dans des mosquées aménagées à cette occasion pour les musulmans. Chacun est invité à assister à la prière de l’autre. Un partage de plus. Dans l’église, on découvre ou redécouvre ces chants méditatifs et ces temps de silence qui – perçus d’une autre culture – peuvent paraître tristes. Dans la mosquée réservée aux femmes, après la prière de 17 h 24, assises en cercle, des femmes musulmanes nous témoignent de leur foi, et à travers leurs messages d’amour et de paix, c’est bien Dieu qu’on entrevoit !

Entre les temps d’échange, on joue avec entrain, on danse avec passion, on chante avec joie. Constamment, on se joint à nous, on vient à notre rencontre. Des moments d’une rare spontanéité et d’une grande sincérité. Mohamed ne s’attendait pas à « une telle ambiance où il n’y a pas de mur pour faire connaissance ». On dépasse les barrières des langues aussi. Virginie qui parle peu l’anglais apprend à connaître Azizi, jeune afghan, qui apprend le français. Lucile apprend non sans peine à compter en arabe.

Notre groupe se pose des questions, interagit avec les autres donc, mais prend aussi la parole. Lors du temps de clôture, on remercie et on témoigne devant une assemblée de 150 personnes, comme Ahmed, Virginie ou encore Mohamed : « Je suis là depuis trois jours, j’ai l’impression que ça fait trois mois, j’aimerais bien rester un mois de plus… »

Si vous vous asseyez un petit temps avec nous et qu’on fait tourner la parole, Azizi avec son sourire lumineux vous dira que « l’humanité est bien vivante à Taizé » et que « ça faisait longtemps qu’il n’avait pas vécu un week-end heureux ». Virginie partagera son sentiment de ne pas faire partie de la communauté des chrétiens depuis si longtemps mais de si sentir très bien et d’apprécier ces rencontres pour découvrir davantage sa foi. Elle retiendra les temps de prière partagés avec les musulmans comme des moments forts. Mohamed vous confiera que c’est un honneur de faire partie des jeunes catholiques de Savoie et que Taizé est avant tout un endroit fraternel. Ensuite, Brinche avec son éloquence de poète affirmera qu’il a allumé une bougie en lui et doit désormais la transmettre partout où il ira. Lucile vous promettra qu’elle écrira un article sur ce qu’on est en train de vivre. Bader, très concentré, trifouillera sur son téléphone car il cherche à traduire le mot « surprenant », mais relèvera soudainement la tête pour se mettre à rire si vous le taquinez sur le fait qu’on ne va certainement pas passer la soirée sur sa traduction ! Ahmed, posément, vous regardera droit dans les yeux et vous dira qu’il est tout simplement heureux d’être là et de vous connaître, et qu’il ne s’attendait pas à ça ! Et Lucie s’émerveillera de ce groupe !

Le premier chapitre se termine donc au soir du 8 mai, toujours au parking de la Cassine, où nous nous sommes quittés (pour mieux nous retrouver plus tard) fatigués, heureux et tristes à la fois, mais requinqués et pleins d’espérance, après de longues accolades et d’interminables « check », jusqu’aux prochaines aventures !

D’ailleurs, la prochaine rencontre aura lieu le jeudi 8 juin 2017 à 18 h 30, au Bruit qui court, à Chambéry !

Lucile G.

[1] Young Caritas Savoie, c’est un groupe d’une quinzaine de jeunes de la délégation Savoie du Secours Catholique-Caritas France qui se retrouvent une fois par mois, pour faire connaissance, échanger sur divers sujets…

Imprimer cette page

Faites un don en ligne